Neuropathies périphériques MEDECIN LIBRE

Définition.

Le systéme nerveux périphérique est composé par :

Les racines nerveuses spinales,
les ganglions rachidiens postérieurs,
les nerfs périphériques jusqu’à leurs ramifications terminales,
le système nerveux autonome,
les nerfs craniens à l’exception du nerf ophtalmique.

La neuropathie périphérique correspond à un dysfonctionnement d’une ou plusieurs de ces structures.

Diagnostic positif.

L’examen clinique retrouve des troubles neurologiques localisés sur un ou plusieurs territoires neurologiques (un territoire neurologique correspond à l’innervation par une racine nerveuse).

Le patient peut décrire :
des brûlures, des sensations de froid douloureux,des décharges électriques, des picotements, des fourmillements, des démangeaisons, des engourdissements. l’examen clinique peut retrouver une hypoesthésie ou une hyperesthésie.
Associés à ces signes sensitifs, le patient peut présenter une perte de force musculaire localisée, une atrophie musculaire (diminution de la taille du muscle).
Des troubles de l’équilibre sont également possibles (ataxie).

L’ensemble de ces phénoménes se retrouvant dans un territoire neurologique évocateur (territoire d’un nerf, d’une racine nerveuse, en chaussette, en gant….)

L’examen clinique sera complété si nécessaire par des examens électrophysiologiques (electromyogramme, potentiels évoqués).

Diagnostic étiologique (cause).

Les causes des neuropathies périphériques sont très nombreuses :

Quelques signes d’orientation :

  • L’âge de début à valeur d’orientation.
    Chez les enfants les causes sont dominées par les atteintes héréditaires et les atteintes inflammatoires. Alors que chez la personne âgée , aucune cause n’est retrouvée dans un nombre important de cas.
  • L’ origine géographique est également importante dans le cas de pathologies infectieuse (lèpre, maladie de Lyme).
  • Les habitudes alimentaires doivent être notées (carence alimentaire, alcoolisme chronique).
  • Les modalités de début et d’évolution de la neuropathie permettent de différencier certaines causes :
  • La topographie de l’atteinte peut également être une élément d’orientation.
  • Une neuropathie périphérique n’est pas forcément douloureuse. Le caractère douloureux d’emblée de la neuropathie à également valeur d’orientation.
  • Les signes cutanés associés.
  • Les anomalies de la pupille et de l’œil associés.

Traitement de la douleur neuropathique.