Douleur chronique après fracture de cheville bi malléolaire ABONNE LIBRE

M X, 45 ans, victime d’une fracture bi malléolaire de cheville opérée il y a 14 mois,
présente des douleurs résiduelles importantes  limitant la marche et la reprise du travail (le patient est kinésithérapeute libérale).
Dans les suites de son opération il a présenté une algodystrophie ou SDRC de type 1 très invalidante. Actuellement il persiste des douleurs (zone rouge).
L’examen du patient retrouve une hyperesthésie de l’avant du pied et du bord externe de la jambe (zone rouge).
La scintigraphie osseuse réalisée il y a quelques mois par le patient retrouve une hyperfixation osseuse reproduisant la topographie douloureuse de l’avant pied.
fracture-bimalleolaire2 fracture-bimalleolaire4

fracture-bimalleolaire3

L’examen des cicatrices (palpé roulé) est très désagréables  et a tendance à  reproduire les douleurs du patient(zone verte).
L’infiltration des cicatrices par de la lidocaïne 1% en sous cicatricielle permet une nette diminution des douleurs avec, cependant ,persistance d’une raideur de la cheville liée à la non mobilisation prolongée de son pied. la première injection à permis une amélioration d’une durée de 1 an. Une nouvelle infiltration a été nécessaire après cette période.
Informations générales sur les neuropathies cicatricielles.
Informations générales sur les SDRC.

Dolor cronico