La névralgie du glosso-pharyngien MEDECIN

La forme essentielle (sans cause locale) est rare (75 fois moins fréquente que la névralgie du nerf trijumeau).
Elle touche plutôt des personnes de plus de 60 ans.

La recherche d’une pathologie cancéreuse ORL doit être la règle.

Description:

– La douleur est paroxystique, unilatérale.
– Elle se situe au niveau de l’amygdale, du conduit auditif externe, de la base de la langue, de l’angle mandibulaire.
– L’intensité de la douleur est maximale parfois syncopale.
– Elle est déclenchée par la déglutition, la toux, la parole.
– Il existe une zone gâchette au niveau de l’amygdale, du conduit auditif.
– Parfois les douleurs sont accompagnées d’une  hypersalivation et d’une toux.

Il existe une forme associée à une bradycardie avec oppression thoracique et parfois syncope et une forme plutôt tympanique.

Les crises peuvent se répéter plusieurs fois par jour entrecoupées de phases de rémission plus ou moins longues.

Clinique et examen paraclinique :

L’examen recherche l’existence d’une lésion locale ou des signes d’atteinte des autres paires crâniennes.
Un scanner et/ou une IRM recherche une lésion néoplasique ou un conflit vasculaire voir osseux.
En cas de doute le test d’anesthésie locale au niveau de l’amygdale peut démontrer la participation du nerf glosso-pharyngien (en cas de disparition des crises).

Etiologie:

– Conflit vasculaire avec l’artère cérébelleuse postéro-inférieure ou une artère vertébrale.
– Néoplasie ORL, de la fosse postérieure, neurinome.
– Zona.
– Infection amygdalienne, otite, tuberculose.
– Le syndrome d’Eagle Où la styloide est trop longue, calcifiée et vient irriter le nerf.

Traitement :

– Il est médical:
carbamazépine à la dose de 600 à 1200 mg/j.
En cas d’intolérance d’autres antiépleptiques peuvent être essayés (oxcarbazépine, gabapentine, prégabaline).
– Si la névralgie devient plus ou moins continue, un traitement par antidépresseur sera proposé.
– Dans les phases aigues une infiltration locale de lidocaïne peut arréter la crise (au niveau de la zone gachette).
– La lidocaïne par voie veineuse à également été proposée pour arreter les crises.
– Le traitement chirurgical comporte des infiltrations, des neurolyses du nerf.
– Une radicotomie et une décompression microchirurgicale du nerf sont également possibles.

Dolor cronico