Syndrome myofascial des muscles adducteurs de la hanche

Rappel anatomique

Les muscles adducteurs de la hanche sont situés dans la partie médiale et interne de la cuisse entre le groupe quadricipital, en avant, et les muscles de la loge postérieure de la cuisse en arrière.
D’arrière en avant on retrouve, le grand adducteur, le court adducteur, le long adducteur, le pectiné et le gracile (seul muscle de ce groupe à franchir deux articulations).

Le grand adducteur

anatomie grand adducteurMuscle large et profond, il peut être divisé en 3 parties :

  • sa partie supérieure et la plus antérieure, également appelée petit adducteur, s’insère en avant de la partie moyenne du muscle sur la branche inférieure du pubis. Les fibres musculaires se dirigent vers l’extérieur de manière quasiment horizontale et se fixent sur le fémur en dessous du petit trochanter.
  • sa partie moyenne s’insère médialement  le long de la branche ischiatique, entre la tubérosité ischiatique et la branche inférieure du pubis . Les fibres musculaires qui recouvrent,  parfois en postérieure, le petit adducteur, se dirige vers la partie médiane du fémur sur laquelle elles s’insèrent. Le tendon dans sa partie basse sur le fémur forme avec le tendon de la partie inférieure du grand adducteur, le hiatus de l’adducteur par lequel passe les vaisseaux fémoraux.
  • sa partie inférieure, la plus importante suis un trajet ischiocondylaire. Le trajet des fibres est vertical. l’insertion proximal se fait sur la tubérosité ischiatique tandis que l’insertion distale se fait sur le tubercule de l’adducteur au niveau du condyle médial du fémur.

Court adducteur

anatomie court adducteurPris en sandwich entre le grand adducteur en arrière et le long adducteur et le pectiné en avant. Son insertion proximal se fait sur la branche inférieure du pubis. Cette insertion est entourée, en médiale, par l’insertion du muscle gracile et, en externe, par l’insertion de l’obturateur externe. L’insertion distale du court adducteur se fait sur le fémur (ligne âpre) en arrière de l’insertion du long adducteur et en avant de la partie moyenne du grand adducteur.

 

 

 

 

Long adducteur et pectiné

anatomie long adducteur et pectinéSur ce schéma en avant des muscles grand et court adducteurs, le muscle long adducteur en bas et le muscle pectiné en haut.
Le long adducteur est le plus superficiel des muscles adducteurs. Il prend son insertion proximale entre la symphyse pubienne et le foramen obturé. Ces fibres descendent à 45 degré vers le fémur et s’insèrent sur la partie médiane du fémur sur la ligne âpre .
Le pectiné est également en surface de groupe musculaire, il recouvre en partie le court adducteur et la partie haute du grand adducteur (petit adducteur) . Son insertion proximale se fait sur la symphyse pubienne en dehors de l’insertion du long adducteur et au dessus du foramen obturé. Ces fibres se dirigent latéralement proche de l’horizontale faire le fémur et s’insèrent au dessus de l’insertion du long adducteur. c’est le muscle de l’adduction associé à la flexion de la hanche

 

Le muscle Gracile

anatomie gracileSur cette vue de la face interne de la cuisse (vue de la face antérieure sur les schémas précédents) on schématise le muscle gracile, superficiel, sur toute la hauteur de la face médiale de la cuisse. Il franchit l’articulation de la hanche et l’articulation du genou.
Il prend son insertion proximale sur le bord inférieur de la face externe du pubis et son insertion distale sur la face médiale du tibia en dessous du condyle du tibia. Il forme avec la jonction du tendon du  sartorius et du semi-tendineux la patte d’oie.

 

 

 

 

Syndrome myofascial des  muscles adducteurs de la hanche

Description

Syndrome myofascial du grand adducteur

 

 

 

 

 

 

 

les zones douloureuses (trigger point en jaune) du grand adducteur donnent des douleurs qui diffusent pour la partie médiane vers l’aine en haut et vers la face latéro-interne du genou en bas. La douleur de l’aine est décrite comme profonde. Pour la partie haute du muscle, les douleurs référées sont au niveau de la symphyse pubienne et parfois les organes pelviens tels le vagin, la vessie et ou le rectum.

Syndrome myofascial du long et court adducteur

 

 

 

 

 

 

 

Les triggers point du long adducteur donnent des douleurs proximales au niveau du pli inguinal ressenties comme profondes et des douleurs distales sur le genou en supéro-latérale-interne avec parfois des douleurs irradiant vers la crête tibiale.

Syndrome myofascial du muscle gracile

douleur chronique par syndrome myofascial du muscle gracile

 

 

 

 

 

 

 

Les douleurs liées aux triggers points de ce muscle donne des douleurs en surface à type de brulure piquante en surface sur la partie interne et médiane de la cuisse.

Syndrome myofascial du muscle pectiné

douleur chronique par syndrome myofascial du muscle pectiné

 

 

 

 

La douleur est profonde et persistante au niveau de l’aine, les patients ont la sensation d’avoir une atteinte de l’articulation de la hanche.

Etiologie, pathologies associées.

Les triggers points des adducteurs apparaissent volontiers lors d’une surcharge brutale ( par exemple retenir le pied lors d’une perte de contrôle sur de la glace). Ils apparaissent également lorsque l’on pratique des activités sportives tels que cheval, ski, vélo, course à pieds. Ils peuvent ensuite être entretenue par la position assise prolongée immobile, voir par la position assise jambe croisées.
Ils sont souvent  associées à :

Ne pas confondre cette pathologie musculaire avec une compression du nerf génitofémoral  (douleur et paresthésie face antérieur de la racine de cuisse) ou une compression du nerf obturateur (douleur et paresthésie sur la face médiale interne de la cuisse descendant vers le genou).

Diagnostic

  • La palpation des différents muscles adducteurs de la hanche permet de retrouver des zones douloureuses permettant de situer la ou les zones responsables. En général, les douleurs sont majorées par l’abduction passive de la hanche ou l’adduction active.

Traitement

On utilise comme pour les autres syndrome myofasciaux, la compression ischémique, les étirements (abduction passive de la hanche)
Parfois des infiltrations de lidocaïne 1 % dans les triggers points permettra d’améliorer la situation.
Le traitement préventif se fera par une correction de la posture. On évitera de rester assis les jambes croisées de manière prolongé. On placera un coussin entre les deux genoux en cas de sommeil sur le coté.
La pratique d’étirement quotidien, la hanche en abduction, est recommandée.

Dans la méthode des chaines musculaires globales GDS, les muscles adducteurs de la hanche font partie de la chaine musculaire antéro-médiane.